– Un passé séculaire et une Histoire antique ….

.La période préhistorique :

L’histoire d ‘ Oum El Bouaghi remonte à de très longues années , touchant de par
sa profondeur, les racines de temps anciens et immémoriaux .
De ce fait , la présence de l ‘ homme en son sein , s ‘ enregistre à plus de 8000
ans avant Jésus- Christ .
Les vestiges découverts au sein de cette wilaya témoignent de cette période
Oum El Bouaghi représentait alors une région très importante du Royaume de
Numidie. Durant cette époque, la vie économique se développe considérablement
s ‘ appuyant principalement sur l ‘ agriculture intensive de l ‘ olivier .
Ce qui fit de KADIOFALA , son rayonnement , de MAKOMADAS
«Oum El Bouaghi»sa renommée, et ce qui accentue essentiellement les échanges
Commerciaux au niveau de cette région.

La période romaine :

Durant le premier siècle après Jésus-Christ ,et après les divergences et les conflits qui apparurent au sein des tribus autochtones , le Royaume de Numidie succombe à l’ emprise de l’ empire romain . Durant cette période Oum El Bouaghi enregistre le développement de l’ agriculture de céréales ( blé et avoine ) , activité principale de ses habitants .
Mais le bénéficiaire de tout cela fût , sans conteste , Rome .
Oum el Bouaghi « MAKOMADAS « devint, durant cette époque , le grenier à
blé de l’ Europe et des autres villes algériennes . Toutefois les révolutions des
autochtones enregistrées au niveau de la région , à l’ encontre de l’ occupant ,
entraîna l’ expulsion des romains de la région qui laissent derrière eux des
vestiges historiques importants : Dâala , les vestiges de Ain Beida et de Sigus.

La période vandale :

Durant cette période , Oum El Bouaghi connut une détérioration de la vie sociale et économique . Les vandales détruisirent tout ce que les romains avaient construit. Même les centres d’ échanges commerciaux furent touchés par ces actes de destruction et de vandalisme .
Les résistances obstinées conduites par les habitants de la région des Aurès
entraîna l’ expulsion des vandales et la récupération de TAMOGADI , BAGHAI
Ain EL Bordj et MAKOMDES ..

La période Byzantine :

En raison de ses innombrables atouts et privilèges, Oum El Bouaghi ne fut
pas insensible aux événements vécus par la région des Aurès et des hauts
plateaux .
Après la défaite des vandales , c’ est au tour des byzantins à leur
tête SOLOMON, de prendre possession de toutes les terres fertiles et des
richesses de la région .
Les vandales édifièrent des monuments et des centres pour surveiller les
hauteurs des montagnes , toutes les étendues des plaines ainsi que les terres
fertiles en blé et en avoine .
Des témoins de cette période, il faut citer le monument de GADIOFALA ainsi que les vestiges de JEBELBOUCIF .

Les Conquêtes Islamiques :

Tout au début de leur arrivée , une résistance farouche fut opposée aux
conquérants musulmans avec à leur tête EL KAHINA qui vainquit Hassan
Ben Nâamane à Meskiana et fit prisonnier Khaled Ibn Yazid .
La force et l’ intensité de cette résistance , trouve leurs sources , dans le fait
Que les armées des musulmans ne représentaient ,aux yeux des habitants de la
région que des envahisseurs à l’ image de leurs prédécesseurs .
Mais après s’ être enquis de la véritable mission des musulmans , ils
embrassèrent la religion musulmane particulièrement après la défaite d’ El
Kahina .
Sous la direction de Tarek Ibn Ziad , les berbères contribuèrent à
La création ( l’édification ) de l’ Andalousie .
Après la prise d’ Oum El Bouaghi par les musulmans et l’ adhésion des
berbères à l’ Islam , plusieurs règnes islamiques se sont succédés au niveau de
cette région , à l’ exemple des Omeyyade , qui rendirent à la région son
équilibre social et sa stabilité économique d’ antan .
Oum El Bouaghi connut un essor appréciable à l’ ère des Fatimides .
Les sciences et les arts s’ y développèrent.
A l’ arrivée des Hilaliens , la situation se détériora de nouveau .
L’ économie et les différents secteurs enregistrèrent un recul et une stagnation .
Cette époque a témoigné , au détriment de la région , d’ une pauvreté et d’un
sous-développement caractérisés.
Durant le douzième siècle , à l’ ère d’el Mouahidine , Oum El Bouaghi retrouva la stabilité , dans le cadre de l’ unification du Maghreb Arabe .
Les secteurs culturels et socio-éducatifs se développèrent . Ceci s’ expliquait particulièrement par la position
stratégique de la wilaya qui fut un trait d’ union entre les deux grands pôles culturels : KAIROUAN et Alger .

La période Ottomane :

L’ histoire d’ Oum El Bouaghi , durant cette période , reste quelque peu ignorés en raison de l’ absence de sources et de documents historiques devant
procéder à l’étude détaillée de cette époque .
Le peu que nous savons d’ Oum El Bouaghi à cette époque , c’ est qu’ elle était sous la dépendance du BEYLIK de Constantine .Elle était soumise à
l’ autorité et aux lois du Bey , qui ne lui étaient en fait pas appliquées .
La relation d’ Oum El Bouaghi qui la liait à l’ autorité turque se limitait simplement à la collecte d’ impôts , charge dont s’ acquittait principalement
le chef de la tribu .

L’ occupation française

Une photo de l’armée française dans les annees 50 en bas du mont Sidi Rghis – Oum El Bouaghi .

11665423_1007924452574997_2943918722093498640_n

L’ armée de l’ occupation française ne parvint à s’ emparer de la wilaya
d’ Oum El Bouaghi qu’à la date de l’ année 1842 . Les habitants d’ Oum
El Bouaghi combattirent l’ occupant français au cours de batailles et de
résistances continues .
Au déclenchement de la guerre de Libération Nationale le premier novembre
1954 , la wilaya d’ Oum El Bouaghi participa corps et biens à la réussite de
la révolution algérienne d’ autant plus qu’ elle figurait au sein de la première
Wilaya historique.
Elle donna naissance à de grands héros et révolutionnaires à l’ exemple de
Larbi Ben M’hidi.
Durant cette période , les habitants d’ Oum El Bouaghi vécurent dans des conditions très difficiles sur tous les plans .
Les habitants de la wilaya s’ organisèrent , durant ce temps , en tribus ( Archs ) dont les plus connues furent
la tribu des Hraktas , celle des SEGNIA , et la
tribu des Ouled Melloul .
Oum El Bouaghi était connue , à cette époque , sous le nom de « Canrobert «
du nom du maréchal français .
Les habitants de cette wilaya ont maintenu leur combat à l’ encontre des colonisateurs français , par tous les moyens , et ce jusqu’à la concrétisation de l’ indépendance nationale le 5 juillet 1962 .